Reconnaître les fausses contractions à coup sur !

Si la grossesse est une période préparatoire à un grand bonheur, elle comporte tout de même son lot de désagréments. A l'issue du premier trimestre, vous êtes en principe débarrassée des nausées matinales, mais voici que de nouveaux soucis apparaissent : des contractions étranges, alors que vous êtes encore loin du terme. Que se passe-t-il ?

Qu'est-ce qu'une fausse contraction ?

Les fausses contractions, également appelées contractions de Braxton Hicks du nom du médecin anglais qui les a identifiées au XIXe siècle, sont produites par des crispations soudaines et légères, pendant moins d'une minute, de l'utérus. Ce dernier est un muscle, il est donc normal qu'il ne reste pas parfaitement immobile en toutes circonstances.

Il est d'ailleurs plus susceptible de se contracter en réaction à certains stimuli comme des mouvements de l'enfant, la pression d'une vessie pleine, des efforts physiques de la mère, de la fatigue ou de la déshydratation. C'est en général pendant le deuxième trimestre de la grossesse, et plus précisément en fin de journée et pendant la première partie de la nuit, que ce problème se produit.

Il importe de réaliser que ces contractions peuvent être désagréables mais qu'elles ne sont dangereuses ni pour vous ni pour votre bébé. Elles ont même une certaine utilité. En effet, elles préparent à l'effort de l'accouchement ; et d'autre part, elles activent localement la circulation, ce qui permet au placenta d'être mieux irrigué.

Comment différencier les fausses contractions des vraies ?

Bien sûr, il est très important de savoir identifier ces fausses contractions, pour ne pas les confondre avec celles qui annonceront le début du travail.

Or, savoir faire la différence se révèle souvent difficile pour celles dont c'est la première grossesse. L'appréhension brouille les repères, et il devient compliqué d'évaluer l'intensité d'une douleur. Voici quelques indications pour vous aider.

Lors des fausses contractions, le ventre devient dur (vous le sentez si vous posez la main), mais la souffrance va rarement au-delà de celle qui peut être éprouvée pendant les règles, par exemple. Surtout, les contractions de Braxton Hicks sont irrégulières : elles ne sont pas de plus en plus rapprochées et apparaissent très rarement plus de trois fois par heure.

Et elles n'ont pas d'impact sur le col. Une dilatation de celui-ci ou l'apparition de pertes (sanguines ou non) doit immédiatement évoquer de vraies contractions. Le rythme des contractions préalables à l'accouchement s'accélère, et chaque contraction devient de plus en plus longue et douloureuse. La douleur irradie dans le bas du dos et une pression sur le bassin est ressentie. C'est donc très différent des fausses contractions.

Un test assez simple permet en général de faire repérer ce qu'il en est : les vraies contractions augmentent en fréquence et en intensité avec l'activité physique, tandis que les fausses contractions sont souvent soulagées par la marche.

Que faire en cas de fausses contractions ?

Lorsque vous ressentez des contractions alors que vous êtes loin du terme, l'attitude la plus recommandée consiste à s'allonger, ou bien à marcher doucement. S'il s'agit de fausses contractions, l'une ou l'autre de ces méthodes devrait vous soulager. Vous pouvez également prendre un bain chaud (mais pas brûlant, ce serait mauvais pour votre bébé), qui vous aidera à vous détendre. Et c'est aussi une très bonne occasion de mettre en pratique les techniques de respiration que vous avez apprises lors de vos cours de préparation à l'accouchement.

Si vous vous sentez inquiète, n'hésitez pas à décrocher votre téléphone pour appeler le professionnel de santé qui vous suit habituellement. La sage-femme ou gynécologue saura vous rassurer et vous indiquer la marche à suivre. De plus, ils s'avèreront d'excellent conseil pour vous aider à faire la différence entre vraies et fausses contractions : votre simple manière de parler va déjà les aider à poser un diagnostic, et ils vous poseront des questions précises et utiles.

Les fausses contractions sont désagréables, mais bénignes. Toutefois, si vous observez une dilatation de votre col ou bien des pertes vaginales, il s'agit peut-être d'autre chose. Il convient donc d'aller immédiatement aux urgences afin de s'assurer que le travail n'a pas débuté, et de prendre les mesures adéquates si c'était malgré tout le cas. De même, si vous ressentez plus de cinq contractions par heure, depuis plus d'une heure, il vaut mieux organiser une visite de contrôle, qui permettra de s'assurer que tout va bien.

Même si elles sont à l'origine d'un certain inconfort, les fausses contractions ne présentent aucun danger, ni pour la mère ni pour l'enfant. Il s'agit d'une réaction normale d'un muscle, l'utérus, très sollicité par la grossesse. Dès lors, inutile de se préoccuper : arrêter les efforts et se reposer sera plus adapté. Un avis médical immédiat ne se justifie que si les contractions s'accélèrent, deviennent douloureuses ou sont accompagnées de saignements. Mais dans tous les cas, en parler à son médecin lorsqu'on le voit permet de se rassurer : profitez-en ! Et ne laissez pas ce petit souci vous gâcher les derniers mois avant l'arrivée de votre enfant...

Cet article vous a plu ?

Reconnaître les fausses contractions à coup sur !
Note: 3.8/5 (4 votes pris en compte)
Un commentaire ?
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
* champs obligatoires