Toxoplasmose : définition, symptômes et traitement

D'origine parasitaire, la toxoplasmose est une maladie transmise à l'homme par différents animaux, principalement le chat. En être infecté au cours de la grossesse peut s'avérer très dangereux pour le bébé, tant au cours de la grossesse qu'après l'accouchement (voire même plusieurs années après). Nous vous donnons dans cet article tout ce que vous devez connaître sur la toxoplasmose afin de prendre toutes les précautions pour l'éviter : qu'est-ce que la toxoplasmose ? Quels en sont les symptômes et les causes ? Comment la prévenir et la traiter ?

Qu'est-ce que la toxoplasmose ?

La toxoplasmose est une maladie d'origine parasitaire qui se produit après l'ingestion d'oocytes du protozoaire Toxoplasma gondii. C'est une maladie zoonotique c'est-à-dire qui est transmis à l'homme par différentes espèces de mammifères et d'oiseaux contaminés. Les principaux animaux atteints sont le chat domestique et sauvage, et les les animaux à sang chaud (mammifères et oiseaux). Toxoplasma gondii est présent dans le monde entier : entre 3 et 70 % des êtres humains adultes subissent une infection de toxoplasmose.
Mais quelles en sont les causes ? Toxoplasma gondii est un parasite protozoaire intracellulaire qui a un cycle de vie complexe puisqu'il peut se reproduire tant de façon sexuelle qu'asexuée. La maladie infecte les chats après qu'ils aient ingéré de la viande crue de rongeurs ou d'oiseaux infectés, ou par une voie fécale. L'homme adulte, quant à lui, peut être infecté après avoir ingéré de la viande crue ou insuffisamment cuite de certains animaux mais également à travers des végétaux contaminés par des excréments de chat. Mais cette infection est, la plupart du temps, légère et sans gravité chez l'homme. Chez la femme enceinte, cependant, elle peut provoquer des maladies fœtales ou néonatales graves, voire causer de graves conséquences chez des personnes à tendance immunodéprimée. La période d'incubation de la toxoplasmose humaine se situe entre 10 et 20 jours.
Chez les êtres humains, la maladie n'est pas transmise d'une personne à une autre, excepté à travers l'utérus dans le cas des femmes enceintes. Il existe aussi une possibilité de contracter l'infection après avoir reçu une transfusion sanguine d'un patient contaminé, ou un organe qui contient des kystes du parasite.

Toxoplasmose et grossesse

Quand une femme enceinte contracte la toxoplasmose, elle peut transmettre l'affection au fœtus à travers le placenta, en mettant en danger la santé, et même la vie, du futur bébé.
Si la mère est infectée durant la grossesse, il y a de fortes chances de transmission au fœtus. Le pourcentage de risque de transmission augmente au fur et à mesure de l'avancée de la grossesse : 15 % si cela arrive durant le premier trimestre, 30 % durant le deuxième trimestre, et 60 % dans le troisième trimestre.
Le parasite envahit les cellules, où il se multiplie, et produit des lésions dans les tissus des organes du fœtus qui sont en pleine formation. C'est pour cela que les conséquences sont plus graves si la transmission de l'infection se produit durant le premier trimestre de la grossesse.
Toutes les femmes enceintes ont normalement droit à un sérodiagnostic. Si l'infection a eu lieu avant le début de la grossesse, le bébé ne pourra pas être infecté, sauf dans le cas, très rare, d'immunosuppression (dysfonctionnement du système immunitaire) durant la grossesse qui provoque la réactivation d'une toxoplasmose latente.
Si la mère contracte l'infection durant la grossesse et qu'elle est détectée précocement, les possibilités de transmission au fœtus peuvent être réduites avec un traitement médical adéquat. Si on découvre que le fœtus est touché, les médecins peuvent administrer à la mère de la pyriméthamine et de la sulfadiazine pour limiter les conséquences sur le bébé.
Généralement, la toxoplasmose produit chez le bébé un retard de croissance intra-utérin, un poids trop faible après la naissance et, si l'infection arrive durant le premier trimestre, la mort du fœtus ou une fausse couche. La toxoplasmose peut affecter le cerveau, les poumons, le foie, les yeux, les muscles, le tube digestif ou le cœur. Le bébé peut présenter des dommages oculaires, une hypoacousie, une hydrocéphalie, des éruptions cutanées, etc..

Quels sont les symptômes de la toxoplasmose ?

La majorité des infections par toxoplasmose sont difficiles à détecter chez les femmes enceintes car elles n'ont pas de symptômes particuliers. Les symptômes peuvent être divisés en trois groupes :

  • chez les patients immunocompétents, dont le système immunitaire fonctionne correctement, l'infection est légère et les symptômes, quand ils apparaissent, sont souvent légers et semblables à ceux d'une grippe : malaise, fièvre, myalgies (douleur musculaire), mal de tête, transpiration nocturne, pharyngite, inflammation des ganglions lymphatiques, etc.
  • chez les patients immunodéprimés qui présente une encéphalite toxoplasmique : faiblesse, altération de l'état mental, convulsions, fièvre, anomalies sensorielles, altérations du mouvement, inflammation de la rétine et de vision, symptômes psychiatriques (psychose, démence, anxiété et agitation).
  • dans le cas d'une toxoplasmose congénitale, les symptômes sont divers et peuvent se présenter à différents moments après la naissance : pneumonie, exanthème, anémie, ictère, strabisme, cécité, convulsions, retard psychomoteur ou mental, microcéphalie, etc.

Comment diagnostiquer la toxoplasmose ?

L'infection par toxoplasmose est très fréquente, bien qu'elle dépende des habitudes alimentaires et hygiéniques. Cependant, beaucoup de personnes ignorent avoir été infectées puisque les symptômes, quand ils apparaissent, sont souvent très légers et ressemblent à ceux de la grippe. Pour établir le diagnostic, il est nécessaire de réaliser une prise de sang qui déterminera la présence d'anticorps spécifiques de type IgG ou IgM.
Les femmes qui ont été infectées et ont développé des anticorps avant de tomber enceinte n'infecteront pas leur bébé. Dans le cas inverse, il est très important de prendre des précautions pour éviter d'être infectée durant la grossesse.
Il est recommandé aux femmes souhaitant avoir un bébé de réaliser des analyses avant la conception et de commencer à prendre des précautions si elles ne présentent pas d'anticorps. Rappelez-vous que, si l'infection est contractée dans les premières semaines de grossesse, les conséquences pour le fœtus sont plus graves que si elle arrivait au terme de la grossesse.
Le diagnostic de la toxoplasmose congénitale chez le nouveau-né est basé sur les symptômes, les résultats obtenus par l'analyse de sang, et la détection du parasite, mais aussi sur le liquide amniotique et le sang du fœtus durant la grossesse, sur le placenta après l'accouchement, sur les tissus embryonnaires et fœtaux en cas d'avortement ou de mort du bébé, ou en analysant le liquide céphalo-rachidien du nouveau-né.
Etant donné que la gravité de l'infection chez le bébé dépend du stade de la grossesse où la transmission du parasite s'est produite, très souvent, les enfants ne présentent pas de symptômes au moment de la naissance. Mais, de sérieuses infections oculaires peuvent se présenter des mois ou des années après.

Quels sont les traitements de la toxoplasmose ?

Pour le traitement de la toxoplasmose en général, il est prescrit de la pyriméthamine combinée à de la sulfadiazine et un acide folinique.
La majorité des patients immunocompétents atteints de toxoplasmose ne requièrent pas de traitement, à moins qu'ils ne présentent de graves symptômes persistants.
Chez les femmes enceintes, un traitement médical précoce peut diminuer le risque d'infection fœtale ou peut réduire la gravité de la maladie si l'affection a déjà été transmise au fœtus. Les enfants atteints de toxoplasmose congénitale et qui présentent des symptômes doivent recevoir un traitement avec de la pyriméthamine, de la sulfadiazine et un acide folinique.
Les patients immunodéprimés doivent être traités jusqu'à 4 à 6 semaines après la disparition des symptômes. Ceux qui présentent une infection asymptomatique ne requièrent pas de traitement.

Comment prévenir la toxoplasmose ?

Durant la grossesse, être infecté par la toxoplasma gondii peut être très dangereux pour le bébé. C'est pour cela qu'il est donc très important de prendre une série de précautions pour prévenir la toxoplasmose :

  • vous ne devez pas manger de viande crue ou non cuisinée, ni de charcuterie comme le jambon ;
  • vous ne devez pas non plus consommer des œufs crus et du lait non pasteurisé car ils peuvent être contaminés ;
  • pensez à vous laver les mains avec de l'eau et du savon immédiatement après avoir manipulé de la viande crue. Ne vous touchez pas les yeux, la bouche ou le nez avec les mains si vous ne vous les êtes pas encore lavées ;
  • lavez également les fruits et les légumes avant de les manger. Si vous devez manger à l'extérieur, ne prenez pas de salade et de légumes crus car il n'y a pas de garantie de lavage approprié ;
  • évitez de travailler dans le jardin sans gants car le parasite est souvent présent dans la terre ;
  • si vous avez des chats, ne vous chargez pas du nettoyage de la caisse où le parasite libère les oocytes.

Vous avez désormais à votre portée toutes les informations et tous les conseils pour éviter d'être infectée par la toxoplasmose au cours de votre grossesse. N'oubliez pas que de bonnes habitudes, tant alimentaires qu'hygiéniques, sont à respecter tout au long de ces 9 mois. Pensez à prendre des mesures médicales de prévention : il vaut toujours mieux prévenir que guérir !

Cet article vous a plu ?

Toxoplasmose : définition, symptômes et traitement
Note: 0.0/5 (0 vote pris en compte)
Un commentaire ?
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
* champs obligatoires