Echographie 3D : le prix, les risques et le meilleur moment

Depuis de nombreuses décennies, les progrès de la médecine et des explorations fonctionnelles ont considérablement amélioré la surveillance des grossesses. C'est pourquoi ont été rendues obligatoires les trois échographies au cours des neuf mois de gestation, faites par un médecin spécialiste ou une sage-femme échographiste. Au delà de la nécessité du contrôle du développement du fœtus, de la prévention de malformations éventuelles et du risque prénatal, avec près de 70% des pathologies fœtales pouvant être décelées, cet examen est devenu pour les parents le premier contact visuel avec leur enfant à naître et permet de découvrir, s'ils le souhaitent, son sexe. C'est donc toujours pour eux une joie mêlée d'un peu d'appréhension, chaque trimestre des rendez-vous attendus !

Aujourd'hui, l'échographie 3D offre ce "plus" d'avoir de belles images en trois dimensions de votre enfant. Faisons le point sur cette nouvelle possibilité.

Comprendre cette technique :

Dans une échographie médicale habituelle, le ventre de la future mère est balayée par un flux d'ultrasons émis par une sonde que le médecin manipule. C'est ce rayonnement pénétrant qui permet au praticien de visualiser chaque type de tissu, d'organe et donc recueillir suffisamment d'informations pour déterminer si une grossesse est saine ou pathologique sur le plan fœtal. Concernant une échographie 3D, c'est une sonde spéciale qui est utilisée, couplée avec un système de reconstruction d'images. Leur traitement informatique permet d'alors de voir votre bébé en trois dimensions, sans explorer ses organes. Contrairement à l'échographie classique, elle n'est jamais un contrôle médical du bon développement de l'enfant et de ses organes. L'échographie 3D n'a qu'une fonction « esthétique ».

Son intérêt :

Les futurs parents sont fascinés par ce ventre rond où se cache une vie, un enfant en devenir. Et c'est là tout l'intérêt d'une échographie 3D, se donner un premier rendez-vous, comme si nous étions à ses côtés. Certains psychologues l'ont dit. Recueillir de telles images que l'on peut montrer en famille, voir son enfant en relief, ses premières mimiques, renforce les liens, permet de construire un relationnel visuel, sans doute à sens unique mais essentiel. D'autres pourront dire que cela fait encore un peu plus voler en éclats le mystère de la naissance ou alors peut être traumatisant pour les personnes fragiles. Bref, c'est une question intime et finalement d'amour...

Des risques possibles ?

Une échographie est toujours invasive puisqu'il s'agit d'ultrasons qui pénètrent la poche placentaire et la totalité des tissus du fœtus. Et cela n'est jamais sans conséquence. Il faut savoir qu'un rayonnement d'ultrasons augmente la température des tissus traversés de quelques degrés et c'est pour cette raison que les médecins pratiquant cet examen ne s'attardent jamais sur un point précis mais balayent chaque zone explorée, afin d'éviter une trop forte hausse de température. Ainsi un rayonnement mal réglé ou insistant sur les yeux, les organes génitaux ou le cerveau d'un fœtus peut entraîner des dégâts. Bien entendu le rapport risque/intérêt dans le cas d'une échographie classique faite par un spécialiste ne pose jamais de problème. Dans le cas d'une échographe 3D dont l'intérêt n'est qu'esthétique, la question peut se poser. Certains détracteurs considèrent que les problèmes de santé apparaîtront ultérieurement chez les enfants et qu'un principe de précaution doit s'imposer. Ceci étant, les praticiens proposant des échographies 3D le savent, ils sont médecins et font en sorte que le fœtus n'en souffre pas.

Choisir le bon moment....

Il est clair qu'une échographie 3D au cours des premiers mois de grossesse n'a aucun intérêt puisque l'embryon n'est pas suffisamment formé, et ce que vous verrez ne sera guère mieux que lors d'une échographie classique. Selon les spécialistes de cette technique, la bonne période se situe entre la 15ème et 35ème semaine de grossesse. Au delà, l'enfant est trop volumineux pour permettre d'avoir de belles images.

Et le bon praticien !

Nous l'avons compris, il est essentiel que cet examen, même de nature esthétique, soit fait par un praticien-échographe qui maîtrise cette technique et l'usage de l'échographe. Si c'est votre choix, il faut avant de prendre un rendez-vous en parler à l'obstétricien qui suit votre grossesse, il saura vous indiquer un professionnel de confiance installé dans votre ville. Dans toutes les grandes agglomérations, des centres d'échographie offrent aujourd'hui cette prestation.

Son coût :

Si les trois échographies au cours de la grossesse sont prises en charge par la sécurité sociale, il n'en est rien concernant l'échographie 3D. C'est donc votre porte-feuille qui sera sollicité. Selon la prestation demandée, le support choisi (impression d'images, vidéos, etc.) il faut compter entre 80 et 200 euros.

S'il n'existe aucune contre-indication connue pour réaliser une échographie 3D et que le risque encouru par le fœtus est quasiment inexistant, le même qu'une échographie classique, si elle est réalisée par un professionnel autorisé, cela doit être un choix mesuré, fait en famille, pour démarrer, in utero, l'album de photos de votre enfant ! Bref, faites vous plaisir... !

Cet article vous a plu ?

Echographie 3D : le prix, les risques et le meilleur moment
Note: 0.0/5 (0 vote pris en compte)
Un commentaire ?
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
* champs obligatoires