3 trucs pour reconnaître un caprice

Vous n'en pouvez plus des crises de votre enfant ? Vous vous sentez démunis face à ses caprices et ne savez plus comment réagir ? Vous pensez que vous êtes de mauvais parents ? Pas de panique ! On vous aide à comprendre pourquoi un enfant agit de la sorte et comment en venir à bout.
Un enfant se met à faire un caprice lorsque l'un de ses désirs n'est pas satisfait. La crise se manifeste très souvent par des cris et des pleurs. Le caprice survenant suite à un désir quelconque non assouvi est à différencier d'un besoin physique ou émotif de l'enfant.

Voici quelques conseils pour comprendre comment repérer et gérer les crises et les caprices de vos enfants. Age de l'enfant, compréhension du caprice et différenciation entre caprice et besoin sont autant de clés pour reconnaître et mieux appréhender les colères de votre petit.

A partir de quel âge un enfant peut être capricieux ?

On situe cet âge critique aux environs des 18 mois. Avant cet âge, un bébé pleure uniquement par besoin ; il peut avoir faim, froid ou avoir besoin d'être rassuré ou changé, par exemple.
On ne parle de caprices qu'aux alentours des 2 ans. En effet, c'est environ à ce moment là que l'enfant prend conscience de son identité en tant que membre de la famille et qu'il est en mesure de désirer quelque chose car il commence à l'imaginer. Or, s'il ne parvient pas à ses fins et n'obtient pas ce qu'il veut, l'enfant peut très vite exprimer son mécontentement et devenir capricieux. L'expression de ses désirs en tant qu'individu à part entière l'entraîne à se confronter aux adultes de sa famille. En quelque sorte, l'enfant teste ses propres limites comme celles des autres.

Pourquoi fait-il des caprices ?

Un enfant qui fait un caprice cherche à s'affirmer. Le développement de l'enfant passe malheureusement par une phase difficile qui l'amène à chercher l'attention de ses parents ou de ses proches via l'expression de ses désirs. Auparavant centre de toutes les attentions, l'enfant se rend compte que ses propres désirs ne sont pas toujours les mêmes que ceux de ses parents et qu'ils peuvent donc lui dire "non". Il commence à exprimer ses désirs, ses émotions personnelles et se forge ainsi une identité, même si cette affirmation de soi se fait dans la confrontation. Néanmoins, c'est une phase très constructive et donc indispensable pour le développement de l'enfant.

Caprice ou besoin ?

Avant de vous fâcher et de vous braquer face à votre petit, essayez de comprendre pourquoi il réagit comme il le fait. Il est indispensable de faire cet exercice de compréhension afin de savoir s'il fait un caprice ou s'il exprime tout simplement un besoin.
S'il sait déjà bien parler, tentez de le questionner une fois la crise passée. Mais, pendant qu'il pleure ou crie, questionnez vous également sur son état de fatigue, par exemple. Tentez d'analyser le contexte de survenu de la crise.
Un enfant qui refuse de prendre un bain peut tout simplement avoir peur de l'eau, par exemple. Inutile de se fâcher contre lui dans ce cas. Mais pour en être sûr, il faut détecter ces petites craintes et adapter son comportement pour les prochaines fois. Parlez donc avec lui pour mieux comprendre ses besoins.
Il est important que vous répondiez aux besoins de votre enfant afin de le rassurer et de lui montrer qu'il peut compter sur vous. Mais si vous détectez un caprice dans son comportement, ne vous pliez pas à tous ses désirs. Imposez vos propres limites et tenez bon face à ses crises.

Comment mieux gérer les caprices de votre enfant ?

Comme nous l'avons mentionné plus haut, la communication est reine ! Si vous refusez quelque chose à votre enfant, n'hésitez pas à lui expliquer pourquoi vous le faites.
Il risque tout de même de se mettre en colère et de verser de grosses larmes de crocodile. Ne vous pliez pas à tous ses désirs ou vous risquez d'en faire un enfant gâté qui deviendra de plus en plus capricieux.
Mais ne le blâmez pas pour autant. Au contraire, acceptez cette colère et accompagnez le dans ses émotions en lui affirmant que vous comprenez mais que vous n'êtes pas d'accord pour autant. Il se sentira reconnu en tant que personne à part entière.

Quand il réclame des bonbons ou un jouet, lors des courses, transformez la crise en quelque chose de positif ; dites lui de reposer ce qu'il a en main afin qu'il vienne choisir ses céréales préférées, par exemple.

Lorsque c'est possible, laissez votre enfant faire des choix. Compote de pommes ou yaourt à la fraise ? T-shirt blanc ou t-shirt turquoise ? Cela limitera ses frustrations et ne vous coûte rien de le faire. Par ces petites décisions, il apprendra également à développer son autonomie et gagnera de la confiance en lui.

Comme nous l'avons vu, l'âge de l'enfant détermine en grande partie le caprice. Avant 2 ans, un enfant n'exprime que des besoins et jamais de désirs. S'il pleure, c'est qu'il a besoin de vous pour le rassurer, le nourrir ou le changer, par exemple. A partir de 2 ans, une crise de larmes peut s'expliquer soit par un besoin réel, soit par un caprice. Pour différencier ces deux états, il est recommandé d'analyser le contexte de la crise et de communiquer avec votre enfant.
Pour vous éviter de nombreuses situations difficiles, n'hésitez pas laisser le choix à votre petit dès que cela est possible.

Cet article vous a plu ?

3 trucs pour reconnaître un caprice
Note: 0.0/5 (0 vote pris en compte)
Un commentaire ?
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
* champs obligatoires