Mesures de prévention face à la mort subite du nourrisson

On appelle mort subite du nourrisson (MSN) le décès brutal et inattendu du jeune enfant, généralement âgé entre 1 mois et 1 an. Ce décès survient pendant le sommeil du bébé, sans qu'aucun symptôme visible ne témoigne d'un dysfonctionnement.

En 2005, 247 décès par MSN ont été enregistrés en France Métropolitaine, faisant de l'hexagone un des pays à plus fort taux de décès par MSN de l'Union Européenne. En effet, en France, le syndrome de mort subite du nourrisson contribue pour 1 décès sur 10 à la mortalité infantile et constitue la première cause de mortalité chez les garçons pendant la période post-néonatale.

Quels sont les facteurs à risques ?

Le syndrome de MSN n'est généralement pas du à un facteur précis indentifié. Cependant, il existe un certain nombre de facteurs aggravants qu'il est utile de signaler aux parents afin d'aider ceux-ci à adopter les bon réflexes.

  • La position de couchage : éviter d'allonger l'enfant sur le ventre
  • Le partage du lit avec un tiers
  • La chaleur de la pièce ainsi que l'encombrement cette dernière empêchant la libre circulation de l'air
  • Le tabagisme de la mère pendant la grossesse ainsi que le tabagisme passif
  • L'âge du nourrisson : les morts subites interviennent le plus souvent alors que l'enfant est âgé entre 2 mois et 6 mois
  • L'accouchement prématuré
  • Le sexe de l'enfant : les garçons sont en moyenne deux fois plus victimes de ce syndrome que les filles
  • Le non-allaitement
  • Une défaillance génétique (qui demeure cependant non précisément identifiée)
  • Un déséquilibre de sérotonine (hormone qui joue un rôle majeur dans le déroulement du cycle cardien)

Malgré tout, dans plus de 10% des cas, aucun facteur de risque reconnu ne permet d'expliquer ce phénomène.

Les mesures de prévention

A partir des années 1990, de grandes campagnes de prévention ont été lancées partout dans le monde afin de sensibiliser les parents à ce phénomène et de les doter de certains réflexes, le premier étant de coucher le bébé sur le dos. Ces campagnes de sensibilisation ont ainsi contribué à faire baisser de moitié le nombre de décès de nourrissons par MSN.

Il est également préférable d'utiliser un matelas ferme plutôt qu'un matelas mou et d'éviter de coucher l'enfant dans la même chambre que ses parents ou dans celle d'un autre enfant.

Par ailleurs, il est judicieux d'utiliser un ventilateur afin de brasser plus efficacement l'air de la pièce. Il a en effet été montré que l'utilisation d'un tel système permet de réduire de près de 72% les risques de décès par MSN.

Cet article vous a plu ?

Mesures de prévention face à la mort subite du nourrisson
Note: 0.0/5 (0 vote pris en compte)
Un commentaire ?
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
* champs obligatoires