Le baby-blues

Vous allez être maman et l'arrivée de bébé vous enchante. Seule ombre au tableau, vous avez souvent entendu parler du baby-blues, mais ne savez pas exactement ce que c'est et le redoutez. Rien à craindre ! Le baby-blues est commun et surtout, bénin. Voici quelques informations et conseils afin de savoir le repérer et de pouvoir y pallier.

Le baby-blues, qu'est-ce que c'est ?

Le baby-blues est également appelé syndrome du troisième jour. Il est très fréquent et ne dure que deux à trois jours. Les symptômes varient d'une femme à l'autre, mais l'on observe souvent un sentiment de tristesse, des pleurs apparemment immotivés, une grande anxiété, des plaintes somatiques, des troubles du sommeil, et parfois de l'agressivité.

Pourquoi ?

Pendant neuf mois, vous avez porté bébé dans votre ventre. Maintenant, il est venu au monde, et cela implique beaucoup de choses. Premièrement, vos hormones sont chamboulées. Vous en avez peut-être déjà expérimenté les déboires pendant votre grossesse, il en va de même à l'accouchement. Ensuite, vous pouvez avoir le sentiment de ne plus pouvoir le protéger autant que lorsque vous le portiez. Mais rassurez-vous : faites-vous confiance et écoutez les conseils de l'équipe soignante. Personne n'est mieux placé que vous pour prendre soin de votre bébé. Enfin, lorsqu'il était dans votre ventre, vous étiez le centre de l'attention. Maintenant que bébé est à côté de vous, cette attention doit être partagée. Difficile quand tout le monde a pris soin de vous pendant neuf mois ! Ce sentiment est tout à fait normal, et il faut compter sur la compréhension de votre entourage pour vous rassurer.

Que faire ?

La première chose est de ne pas vous inquiéter. La plupart des femmes expérimentent le baby-blues, et les équipes soignantes y sont habituées. Elles savent donc comment vous accompagner dans cette étape délicate. De plus, le baby-blues se règle tout seul au bout de deux à trois jours. Aucune raison donc de s'inquiéter ! Vous pouvez en parler à votre entourage afin de le sensibiliser à cet état pour qu'il puisse vous accompagner au mieux dans ce moment. Le soutien de la famille est l'aide la plus précieuse que vous pouvez obtenir.

Et si ça persiste ?

Si les symptômes persistent plus d'une semaine - ce qui est extrêmement rare - pensez à consulter un médecin. Vous faites peut-être une dépression post-partum, qu'il faut prendre en main. Et même si ce n'est pas le cas, un médecin pourra vous rassurer sur vos symptômes et vous aider à reprendre confiance.

Ce moment de dépression qui suit l'accouchement est parfaitement normal. Deux choses sont particulièrement importantes pour vous aider à le vivre au mieux : le soutien de votre entourage, et surtout la confiance en vous. L'accouchement est une grande étape ! Il y a de quoi en effrayer plus d'une. Alors rassurez-vous, ce sentiment est tout à fait normal, vous retrouverez très vite tout le bonheur d'être maman !

Cet article vous a plu ?

Le baby-blues
Note: 2.0/5 (1 votes pris en compte)
Un commentaire ?
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
* champs obligatoires