L'allaitement me fatigue, que faire ?

Tout porte à croire que donner le sein à son bébé vous enlèvera des heures de sommeil. Avez-vous déjà eu une remarque du type "tu dois être bien fatiguée" après avoir déclaré à la personne que vous allaitiez votre enfant ? Mais en est-ce réellement la cause ? Pour pouvoir lutter efficacement contre la fatigue durant la période d'allaitement, il est nécessaire avant tout d'en comprendre l'origine. Halte aux stéréotypes, voici de vraies réponses.

Comprendre d'où vient la fatigue

Une fois les joies de la maternité passées, retour à votre vie quotidienne, mais avec une personne en plus dans la maison ! Les premières semaines suivant l'accouchement sont toujours les plus éprouvantes et s'occuper d'un nouveau-né est loin d'être de tout repos. Reprise du travail, cuisine, ménage, courses... Tout cela est déjà bien épuisant en soi, mais alors avec un bébé en plus dont on doit s'occuper, cela vire carrément au challenge ! Et alors que les journées sont ponctuées de travaux ménagers et/ou de travail (oui, le congé postnatal a une fin), les nuits quant à elles peuvent s'avérer bien courtes !

La fatigue est à son pic les premiers mois et coïncide donc avec la période de l'allaitement, d'où la confusion.

Ne pas confondre fatigue et détente

Lors de l'allaitement, des hormones (principalement l'ocytocine) sont libérées dans le corps de la maman et provoquent un état de profonde détente et de bien être. Les sensations ressenties ressemblent à celles liées à un état de somnolence : la tension artérielle baisse, la respiration ralentit et le rythme cardiaque également. On compare même les effets de l'ocytocine à ceux d'un antalgique !

L'autre hormone qui intervient dans la production de lait est la prolactine. En plus d'être responsable de la montée du lait, elle aide également la mère à mieux dormir. Une étude a prouvé que les mères allaitant dormaient plus profondément (le sommeil profond est le plus réparateur) que les femmes non enceintes et celles qui donnaient le biberon.

Fatiguée durant l'allaitement : arrêter ?

Si c'était réellement l'allaitement qui vous fatiguait, logiquement, en arrêtant de donner le sein, la fatigue disparaîtrait. Une étude datant de 1998 et publiée dans le "Journal of Human Lactation" s'est penchée sur les jeunes mamans et plus particulièrement sur cette sensation de fatigue intense. Il a été démontré qu'il n'y avait aucune différence entre le niveau de fatigue des mères allaitantes et celles qui n'allaitaient pas ou avaient arrêté.

Mais alors comment éviter la fatigue durant l'allaitement ?

Comme nous l'avons dit précédemment, non, arrêter l'allaitement ne changera rien à votre état physiologique. Il suffit d'adopter quelques petits gestes au quotidien pour vous faciliter la vie.

Avis aux maniaques : ranger la maison, nettoyer le sol et les meubles ou encore repasser peut attendre. Vous avez maintenant de nouvelles priorités et pas n'importe lesquelles ! Ralentissez votre rythme au moins les premières semaines. Cela peut être difficile de passer d'un mode de vie à un autre, mais rien ne vous fera plus de bien que faire la sieste avec votre bout d'chou.

N'ayez pas peur de demander de l'aide à vos proches. Si vous avez juste une ou deux courses à faire et que votre voisine part justement les faire pour elle, n'hésitez pas à lui demander de le faire pour vous. De même, vos amis, vos grands-parents ou vos parents se feront un plaisir de vous aider pour certaines tâches ménagères, comme la préparation du déjeuner.

Porter votre bébé en écharpe (et donc toujours être avec lui) l'apaisera et vous permettra de vaquer à vos occupations plus facilement..

Faire dormir bébé dans la même chambre que vous peut également être une solution pour rallonger vos nuits.

Sachez enfin que l'homéopathie peut également vous aider à lutter contre la fatigue durant l'allaitement.

Cet article vous a plu ?

L'allaitement me fatigue, que faire ?
Note: 0.0/5 (0 vote pris en compte)
Un commentaire ?
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
* champs obligatoires