J'ai mal aux seins, que faire ?

Lors de l'allaitement, des douleurs aux seins peuvent apparaître et mener la vie dure aux jeunes mamans. Il est important d'identifier rapidement la nature de ces problèmes afin de pouvoir les soigner avec efficacité. On s'attachera ici à présenter les solutions permettant de lutter contre deux gênes fréquentes : l'engorgement mammaire et la mastite.

L'engorgement des seins

C'est une réaction normale observée au début de l'allaitement. Dès les premiers jours, une inflammation des seins entraîne une compression des canaux lactifères qui empêche le lait de s'écouler. Les seins deviennent lourds et douloureux, avec une rétractation visible du mamelon. Un trop-plein de lait se fait sentir, mais celui-ci ne s'écoule plus. Ce phénomène intervient généralement avec le changement de la composition du lait naturel, durant la transition entre le colostrum et le lait à proprement parler, entre le deuxième et le quatrième jour suivant l'accouchement.

Pour lutter contre l'engorgement, il est conseillé de chercher à diminuer son stress. Allaiter en étant détendue est un point important. On privilégiera aussi un soutien-gorge qui ne compresse pas les seins, pour diminuer les problèmes de circulation. L'engorgement ne peut être diminué qu'en donnant la tétée : il faut donc continuer son allaitement avec la même fréquence que précédemment. Pour stimuler la tétée chez l'enfant, il est possible d'opter pour une position propice comme celle de la louve, qui consiste à se placer au-dessus du bébé, celui-ci demeurant allongé sur le dos.

L'allaitement, bien que difficile, permet de remettre en marche le processus de lactation. Parmi les astuces utiles pour encourager le phénomène, on peut évoquer le recours à la chaleur pour détendre le sein avant l'allaitement. On peut appliquer à cet effet une serviette chauffée sur le sein, qui permettra d'accélérer la circulation du sang. Entre les tétées, des massages réguliers peuvent faire diminuer les douleurs, tout comme l'application ponctuelle d'une petite poche de glace.

Cette impression d'engorgement diminue en général au bout d'une journée, pour disparaître complètement dans les deux jours. La production en lait reprend ensuite de manière naturelle, selon les besoins ressentis par le bébé. Du repos est conseillé malgré tout pour les mamans. Si le problème persiste ou se reproduit, il convient de le signaler à son médecin. Il peut s'agir en effet d'une complication, notamment une infection telle que la mastite.

La mastite

La mastite est une inflammation de la glande mammaire : c'est un problème courant chez les femmes qui allaitent, plus gênant lorsque son origine est infectieuse. Cette douleur affecte souvent un seul sein, en touchant une zone devenant rouge et chaude. Dans le même temps, la maman ressentira de la fatigue et des courbatures, voire de la fièvre. La mastite correspond à une stagnation du lait à l'intérieur du sein, et se produit en général en cas de fatigue importante. D'autres causes peuvent en être à l'origine, comme un soutien-gorge trop serré, une mauvaise position de sommeil ventrale ou des tétées trop espacées.

Dans un premier temps, on cherchera à résoudre le problème de manière simple, en prônant le drainage et le repos. Il est indispensable de continuer à allaiter normalement, car c'est la rétention du lait dans le sein qui provoque la douleur. Même si les tétées sont difficiles, elles restent nécessaires. Les jeunes mamans ne doivent pas non plus négliger le repos : faire trop d'efforts n'est jamais une bonne idée !

Il existe des astuces simples pour faciliter la décongestion du sein. Alterner le chaud et le froid sur le sein aidera au drainage, en permettant au lait de couler et à l'œdème de diminuer. Deux méthodes traditionnelles ont également prouvé leur efficacité : la feuille de chou et le cataplasme à l'argile. Pour la première, il faudra écraser au rouleau la feuille de chou pour que ses sucs aux vertus astringentes remontent à la surface, et l'appliquer ensuite sur le sein. Se détendre est également important : pour cela, rien de mieux qu'un massage entre les omoplates, qui facilitera l'éjection du lait. De trop fortes douleurs peuvent enfin être combattues par un léger antalgique. Si le problème ne s'est pas résolu dans les deux jours, c'est qu'il y a infection : il ne faut pas attendre pour consulter un médecin dans ce cas. Un traitement antibiotique s'ensuivra durant une quinzaine de jours environ.

Dans tous les cas, ces différentes douleurs lors du début de l'allaitement ne doivent pas effrayer les mamans. Ce sont là des phénomènes courants chez beaucoup de femmes, passagers et bénins. Même en cas d'infection, il ne faut pas stopper l'allaitement : cela reste en effet sans risque pour le bébé, protégé par les anticorps contenus dans le lait.

Cet article vous a plu ?

J'ai mal aux seins, que faire ?
Note: 4.0/5 (2 votes pris en compte)
Un commentaire ?
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
* champs obligatoires
Anne 24/11/2016 à 10 h 18 min

La douleur aux seins peut aussi être causée par une mycose du mamelon, qui ne démange pas et ne se voit pas du tout si elle est située à l'intérieur des canaux. Le seul symptôme est la douleur : une impression d'éclats de verre dans le sein pendant toute la durée de la tétée, puis une sensation de brûlure intolérable pendant plusieurs heures après. Les médecins ne pensent pas toujours à faire le diagnostic de la mycose, et pour ma part, j'ai cru pendant plus d'un mois avoir une crevasse qui ne cicatrisait pas, bien que je ne laisse plus que l'autre sein, le sain, à teter au bébé. Il a fallu que j'échange quelques mots sur l'allaitement avec une jeune mère qui avait eu ce problème (comme pour moi, pas diagnostiqué par le corps médical) pour savoir comment me soigner.

Une réponse ? Un commentaire ?
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
* champs obligatoires