Le poisson du 1er avril

Le premier jour d'avril est connu en France comme étant une journée dédiée aux farces en tout genre, reprenant le principe du fameux "poisson d'avril". Ce n'est pas un jour férié, mais cela reste tout de même un jour particulier dans la tête d'une majorité de personnes. Même si l'on ne s'adonne pas à la pratique de farces, on s'attend toujours à en recevoir, si bien que l'on reste vigilant, même lorsqu'il s'agit des médias. En effet, depuis bien des années, les médias jouent le jeu du poisson d'avril, dévoilant quelques nouvelles bien farfelues sortant directement de l'imagination de leurs rédacteurs. Il faut cependant faire attention aux farces que l'on peut faire, il s'agit de rester dans le registre du rire. Il est bon d'éviter les blagues trop extrêmes aux dépens des autres. Le premier avril doit être une fête joyeuse, et non un prétexte pour malmener les gens. D'où sort donc cette journée si particulière, où l'on colle des poissons (de préférence en papier) au dos des gens ?

Les origines

Les origines du poisson d'avril remontent à plusieurs siècles, et comme souvent avec des pratiques liées à la tradition d'un pays, il est difficile d'établir une date de création précise. Il y a cependant plusieurs indices laissés ici et là au cours de l'Histoire. La tradition d'une fête où l'on fait des farces, parfois sous la forme de satires, existe dans de nombreuses cultures autour du globe, et ce depuis l'Antiquité et le Moyen Âge. En période de Rome Antique par exemple, il existait des fêtes religieuses appelées « Hilaria » qui était célébrées autour du 25 mars. En ce jour carnavalesque, les romains portaient des portraits en procession, de la déesse du savoir et du dieu de la fertilité, respectivement Cybèle et Attis. Ce jour-là, les propos les plus libres sont autorisés, ainsi que la satire, et même les farces. Il y a également quelques aspects du 1er Avril qui se retrouve dans la Holi, la fête des couleurs hindouiste, la Sizdah Bedar, une fête persane, le Pourim, une fête juive, et de manière générale la fête médiévale des Fous en Europe.

Rien de ceci ne prouve qu'il existe une origine précise pour le « poisson d'avril », mais cela prouve bien que c'est une tradition qui a ses marques bien avant notre ère. Les écrits folkloristes ont de nombreuses explications entourant la création du poisson d'avril, mais il ne s'agit que d'hypothèses et de suppositions. Une de ces explications relie le poisson d'avril aux fêtes de Pâques, qui marquent la fin du jeûne du carême. Le poisson prend alors une place importante dans le régime alimentaire des populations de l'époque. En plus de cela, l'ichthus chrétien, le symbole graphique qui représente un poisson, est un acronyme du nom de Jésus utilisé du Ier siècle au IVème siècle. Enfin, plusieurs études prouveraient que le mot « poisson » serait en fait une corruption du mot « passion », très ancré dans la religion chrétienne.

Une autre des origines privilégiées par les historiens viendrait de l'usage d'ouvrir ou de suspendre la saison de pêche au 1er avril, et ce dans de nombreux pays. Cela permettrait de respecter la période de reproduction des différentes races de poissons. Ainsi, on faisait un cadeau aux pêcheurs, et aussi pour se moquer d'eux car la pêche était extrêmement facile au jour d'ouverture (du au grand nombre de poissons) ou infructueuse au jour de suspension : on leur offrait un hareng. C'est alors qu'une habitude populaire s'installa au premier avril, on se mit à accrocher sournoisement des vrais poissons dans le dos des gens. A cette époque, les habits étaient très larges, les victimes ne s'en apercevaient donc pas immédiatement, le poisson devenait alors de plus en plus gluant et émanait une odeur de plus en plus nauséabonde. Ce serait comme cela que serait né le goût de faire des petits cadeaux qui feraient rire les gens, au premier avril, couplés avec des farces et des mystifications.

Quelles sont les célébrations dans les autres pays ?

Le premier lien entre le premier avril et les farces se retrouverait dans le recueil « Les contes de Canterbury » de l'anglais Geoffrey Chaucer, écrit en 1392.

En Irlande, il existait une tradition qui consistait à confier une « lettre importante » à une victime, en lui demandant de la donner à une autre personne. Cette personne demanderait alors à la victime de plutôt aller la donner à une autre personne, et ainsi de suite. Lorsque la lettre serait enfin ouverte, elle ne contenait que les mots suivants : « Envoyez le fou plus loin encore. »

Le fameux « April Fools'Day » (comprendre le jour des bouffons d'avril) est célébré chaque année au premier avril chez les américains et les anglais. Il s'agit de faire des farces à ses proches, et de répandre de fausses nouvelles dans les médias, qui expliquent bien souvent leurs blagues le lendemain dans un édito. Les bourreaux, une fois découverts crient alors « April Fool ! ». Bien que cette journée soit extrêmement populaire depuis le XIXème siècle, ce n'est pas un jour férié dans le pays.

Il existe, en Amérique Latin et en Espagne, une fête qui ressemble énormément au premier avril, mais qui a lieu le 28 décembre. Elle s'appelle le « jour des saints innocents » (dia de los inocentes). Elle commémore l'épisode biblique de l'évangile selon St Matthieu 2-16 où des nouveaux nés sont tués par le roi Hérode. Cette fête est croisée avec des rites païens comme la Fête des Fous. Elle est alors devenue un jour de farces et de canulars. A la place d'un petit poisson, c'est un personnage en papier qu'ils accrochent aux dos des personnes dont ils veulent se moquer.

Dans les pays nordiques (Danemark, Finlande, Norvège, Suède, Island), on célèbre également le premier avril, alors appelé « aprilsnar » en danois et « aprillipäivä » en finlandais. La majorité des médias publient une seule histoire inventée de toute pièce. Pour les journaux locaux, il s'agira bien souvent d'un encart sur la première page.

Quelques farces perpétrées

La première farce célèbre du 1er avril date de 1957 ! La BBC diffuse alors à l'époque, dans le cadre de son émission d'actualités « Panorama », un reportage sur la culture de l'arbre à spaghetti, dans le canton du Tessin en Suisse. La chaîne reçut tellement de lettres demandant une adresse où acheter ces arbres à spaghetti qu'elle du expliquer la supercherie quelques jours plus tard.

Plus récemment, en 2014, la radio France Inter annonce dans son journal de 8h qu'à cause de coûts budgétaires en hausse, Anne Hidalgo, la nouveau maire de Paris à l'époque, a décidé de vendre la tour Eiffel au Qatar car elle engendrait trop de frais supplémentaires.

C'est également cette année-là que LU annonce la sortie des Broculus, de petits biscuits fourrés aux brocolis.

La chaîne youtube « PrankVSPrank » (comprendre Farce contre Farce) produit plusieurs vidéos par mois montrant un couple se faisant des blagues, parfois très élaborées. Ils reprennent le concept de farce du premier avril au quotidien ! Voici quelques unes des farces, si vous en cherchez pour votre prochain poisson d'avril : mettre de la farine dans le sèche cheveux de madame, remplacer le gel pour cheveux de monsieur par de la glue, remplacer le contenu des pots de yaourts par de la mayonnaise, remplacer le contenu du pot de crème par du dentifrice, déposer des décorations d'Halloween terrifiantes à des endroits inattendus. Ils jouent souvent sur la peur, le ridicule, et capturent la réaction de l'autre en vidéo. Attention cependant à certaines farces un peu extrêmes.

Le poisson d'avril prend donc bien des formes différentes. Et bien que ses origines ne soient pas encore bien définies, il est sûr que la tradition ne se perdra pas de si tôt ! Les développements technologiques de ces dernières années permettent d'établir des farces bien plus complexes, et surtout de les capturer en vidéo et les montrer au monde entier. Tant que tout le monde en rigole et que ça ne fait de mal à personne, c'est plutôt une bonne initiative !

Cet article vous a plu ?

1er avril
Note: 0.0/5 (0 vote pris en compte)
Un commentaire ?
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
* champs obligatoires