Co-dodo : bon ou mauvais choix ?

Le co-dodo est un sujet encore largement tabou en France, et qui soulève de nombreuses problématiques, alors que dans de nombreux pays, tels que les États-Unis, cette pratique est largement répandue, sans pour autant être critiquée. Elle consiste pour les parents à coucher bébé dans leur propre lit, avec eux. Voici un article pour faire le point sur cette habitude, ses bienfaits et ses inconvénients.

Les avantages du co-dodo

Le co-dodo favorise l'allaitement de l'enfant, permettant d'augmenter la fréquence des tétées durant la nuit, sans obliger la mère à se relever plusieurs fois. Elle peut ainsi mieux se reposer. D'ailleurs, on constate que la durée de l'allaitement est plus longue chez les mères pratiquant le co-dodo que chez les autres.

La proximité entre l'enfant et ses parents renforce les liens qui s'établissent, tout en apaisant les angoisses de bébé face à la séparation d'avec les personnes qui prennent soin de lui. Mais les parents sont eux aussi plus tranquilles, car l'enfant étant constamment sous leur surveillance, il risquerait ainsi moins d'accidents.
Pour les adaptes de cette pratique, elle permet à l'enfant de mieux se développer.

Les méfaits du co-dodo

Toutefois, les détracteurs de cette pratique soulignent à l'inverse une augmentation des risques pour le bébé : étouffement, hyperthermie, chute d'un lit non approprié à leur taille, emprisonnement entre le matelas et la tête de lit. En effet, le jeune enfant a besoin de conditions matérielles de sommeil différentes de celles de l'adulte, et on ne peut donc mélanger les deux.

D'autre part, selon eux, cette pratique est un obstacle à l'indépendance de l'enfant et est susceptible d'engendrer à terme des troubles du comportement. En outre, le co-dodo empêche l'intimité entre les parents.

Bien pratiquer le cocodo

On le voit les avis sont partagés, ce qui laisse une grande liberté aux parents pour décider que faire. Mais s'ils choisissent de pratiquer le co-dodo, quelques règles de sécurité doivent être respectées : bébé ne doit pas être couché sur un oreiller ; il doit être couvert d'une simple gigoteuse, et non une couette ; une barrière doit être ajoutée au lit pour pallier tout risque de chute ; le matelas doit être suffisamment grand pour couvrir tout le sommier sans laisser d'espace, tout en étant plat et ferme ; les parents pratiquant le co-dodo ne doivent plus fumer dans leur chambre. Le co-dodo doit en outre être une pratique acceptée par les deux parents.

Il est également possible de pratiquer le co-dodo partiel : lorsque le bébé est particulièrement angoissé et a besoin de la présence rassurante de ses parents, ou lorsqu'il est malade. D'autre part, cette pratique doit être décidée en fonction de chaque enfant : en effet, chacun a sa propre personnalité, ses besoins et attentes, dont les parents doivent tenir compte.

Cet article vous a plu ?

Co-dodo : bon ou mauvais choix ?
Note: 0.0/5 (0 vote pris en compte)
Un commentaire ?
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
* champs obligatoires